Estimation du nombre d’oiseaux tué par des chats domestiques

Estimation du nombre d’oiseaux tué par des chats domestiques

Cette étude menée par Peter Blancher, chercheur à Environnement Canada, a permis d’établir une estimation crédible des taux de prédation des oiseaux par les chats. Elle sert également à identifier des éléments permettant d’améliorer l’exactitude de ces estimations, ainsi que les espèces potentiellement vulnérables.

Blancher estime que les chats tuent entre 100 et 350 millions d’oiseaux par an au Canada, dont 38% sont tués par des chats domestiques et le restant par des chats errants.

Comme l’écrit lui-même Blancher : « Il n’existe aucune garantie que le taux réel de prédation des oiseaux par les chats au Canada se situe dans l’échelle des valeurs appliquées dans cette étude, en particulier parce que les données sur les retours des proies ne proviennent pas du Canada, et que le nombre de chats errants est évalué de façon approximative. Il sera difficile d’obtenir des estimations plus précises tant que des données ne seront pas disponibles à partir d’études crédibles, représentant une variété de régions ou de réalités rurales et urbaines au Canada. L’exactitude des estimations actuelles pourrait être grandement améliorée par une meilleure connaissance du nombre de chats féraux et de leurs proies. Des données sur les taux de prédation par les chats domestiques seraient également très utiles. »

L’article identifie 115/468 espèces régulièrement présentes au Canada qui sont vulnérables aux chats en raison de leur comportement de nidification ou d’alimentation (les oiseaux qui vont rarement au sol ou qui s’alimentent dans les arbres n’étaient pas considérés comme étant vulnérables). Quarante de ces espèces se retrouvent souvent dans des milieux urbains ou suburbains, où l’impact de fortes densités de chats sur les populations d’oiseaux a été démontré ailleurs. Vingt-trois espèces à risque au Canada (COSEPAC, 2012) comptent parmi les espèces identifiées comme étant potentiellement vulnérables. Toutes ces espèces nichent au sol ou près du sol, dans des milieux ouverts du sud du Canada, dont deux sur des îles. La prédation par les chats est mentionnée comme un sujet de préoccupation dans les rapports d’état de la situation ou les plans de rétablissement pour au moins 10 de ces espèces.

Pour lire l’article publié dans Avian Conservation and Ecology, 2013, cliquez ici.